Le pilaf ou l`amour?

En Orient on débat souvent sur ce qui est plus important « L`amour ou le Pilaf » ?

Il existe une vieille légende qui parle de l`origine de ce plat exquis.

Aux temps trѐs anciens, vivait un chah qui avait un fils unique. Un jour le prince est tombé gravement malade et il a commencé à se faner chaque jour. Ayant perdu le calme et le sommeil, le prince refusait de manger et de boire. Les guérisseurs les plus habiles, invités au palais se torturaient sur la cause de la maladie mystérieuse, mais tout était en vain.

Ayant perdu tout espoir, le pѐre s`adresse à Avicenne en lui demandant de guérir son fils. Toutes les questions sur la cause de la maladie n`ont apporté aucun succѐs : le prince ne voulait pas divulguer ses fortes émotions, en comprenant le désespoir de son angoisse. Alors, Avicenne s`est mis à déterminer la cause de la maladie par le pouls, il savait parfaitement bien identifier n`importe quelle maladie en écoutant le pouls du patient. Les palpitations du jeune indiquaient la peine de l`amour.

Avicenne a ordonné de lui ramener quelqu`un qui saurait les noms de touts les quartiers de la ville. Aussitôt arrivé, le connaisseur s`est mis à déclarer les noms des quartiers. Avicenne écoutait le pouls du patient qui a commencé à battre à tous rompre, quand le prince a entendu le nom d`un des quatiers. Alors on a trouvé quelqu`un qui saurait les noms de touts les habitants du quartier en question et on lui a demandé de citer les noms des chefs de familles. Quand il avait prononcé le nom d`un artisan, on a remarqué l`excitation du prince. Donc, l`artisan est invité au palais pour citer les noms de ses enfants. Quand il avait prononcé le nom de sa fille, le coeur du prince s`est mis à battre encore plus vite.

Le mystѐre s`est dévoilé : le prince était amoureux de la fille de l`artisan. Avicenne a prescrit le traitement : donner au jeune épuisé « palov och » pour reconstituer ses forces et ensuite faire le mariage.

Le nom du plat « palov -och» (pilaf) se compose des lettres initiales de ses ingrédients : P (piyoz)- oignon ; A (ayoz)-carotte ; L(lakhm)-viande ; O (olio)-huile ; V (vet)-sel ; O (ob)-eau ; CH (chaly)-riz.

Jusqu`à nos jours le pilaf reste le plat principal de toutes les cérémonies de fête. Il existe plusieurs variantes de sa préparation, mais la recette de Tamerlan reste toujours la plus appréciée. « Il faut prendre le chaudron en fonte. Il doit être tellement vieux que la graisse des plats précedents dégouline à l`extérieur et s`enflamme sur l`influence du feu. On doit y mettre la viande du mouton pas vieux, pas jeune non plus, le meilleur riz gonflé de fierté d`être mangé, la jeune carotte rougie de joie et l`oignon qui pique comme une épée. Il faut cuir tout ça jusqu`à ce que l`odeur du plat atteigne Allah et le cuisinier tombe par terre épuisé par la fatigue ».

Дата: 14.01.2017   Автор:    Категория: Articles,Blog

Комментариев: 0

Добавить комментарий

Ваш Email адрес не будет опубликован.